Credit picture:  ©Nikos Fragkou 2017

Credit picture:  ©Nikos Fragkou 2017

Je suis obsédée: le corps des femmes. Ses représentations. et le cycle menstruel. Ce blog est une recherche, une quête. C'est aussi mon espace dans lequel je me pose beaucoup de questions, dans lequel j'expérimente aussi. Comment être plus en harmonie avec mon corps? En passant par le fitness, plus de curiosités sur l'alimentation et tout ce qu'on découvre de neuf sur le cycle menstruel féminin. Bienvenue dans un monde où la découverte et la réappropriation de soi se passe en "flow motion". 

This blog is also available in English.

It's all about this one and single obsession: female bodies. Their representations. The menstrual cycle. This blog is a way for me to research new ways and experiment It is my space to explore, question myself and get inspired through hard fitness training, learning about food and the power of menstrual cycle. Welcome in a world where learning and connecting with ourself is happening "in flow motion"

Comment j'ai appris la ménopause de ma mère

Comment j'ai appris la ménopause de ma mère

Dans ma famille, les règles c'est une histoire de femmes. Une histoire qu'on se chuchote, qu'on se blague, qu'on appréhende. Entre femmes. La règle ultime, avant la n°1, a toujours été celle-ci: on ne rentrer aucun homme dans ce cercle.  

Quand j'étais jeune, j'avais un budget - tout petit - pour me fournir en serviettes périodiques. Que j'allais donc acheter tout discrètement au magasin Aldi à deux cents mètres de notre appartement. Je prenais les "Normal" avec les 3 gouttes bleues. Je n'étais jamais très prévoyante: quand je n'en avais plus pour le cycle d'après, eh bien je demandais à mes soeurs... ou à ma mère. Il y'en avais toujours une pour venir à la rescousse. Je me souviens qu'à un moment donné, on a même gérer nos stocks de serviettes en commun: des normales, des pour la nuit, des un peu plus fines pour la fin des règles et les fuites. Le dernier recours, c'était quand même de demander à maman de me dépanner. Quand elle n'était pas là, j'allais farfouiller sous son lit. C'était là qu'elle rangeait son paquet de serviettes. 

Un jour que je lui en demandait une en dépannage, elle m'a répondu d'un ton agacé que non elle n'en avait pas. Je me suis donc empressée d'aller à Aldi, la queue un peu entre les jambes. A la fin de la journée, ma mère m'interpelle un peu à part et me dit - je le retranscris du mieux que je le peux à partir du soninké, ma langue maternelle - "dorénavant, tu ne devrais plus me demander de te dépanner car c'est fini", je n'ai pas tout de suite percuté. "Fini" mais fini quoi? Ahhhh! C'est comme cette autre copine à toi qui est venue te voir en t'annonçant que "ses bébés étaient finis". Le temps est donc déjà venu? Je ne m'y attendais pas du tout. Je pensais qu'en ayant mes règles on faisait partie de la même team et ça y'est tu quittes déjà la partie? Je me suis interrogée: qu'est ce qui allait changer à présent? Je me suis sentie un moment un peu seule aussi: est ce que ça veut dire qu'il faudra gérer chacune dans son coin? 

Et dans le même temps, je souriais. 'étais contente. Contente d'être dans la confidence. Qu'elle me raconte ça d'une manière détournée. Un instant mère-fille qui s'incruste dans le quotidien. J'ai sentie ma mère tellement humaine. J'ai compris que le temps finit par rattraper les monuments qu'on se crée dans la tête. J'ai compris aussi que c'était une nouvelle étape qui s'offrait à elle. Qu'il y'aurai toujours des murmures, mais d'un autre genre. 

Projet 2400: Nos menstrualités partagées

Projet 2400: Nos menstrualités partagées

C'est quoi le "cycle syncing"?

C'est quoi le "cycle syncing"?