Credit picture:  ©Nikos Fragkou 2017

Credit picture:  ©Nikos Fragkou 2017

Je suis obsédée: le corps des femmes. Ses représentations. et le cycle menstruel. Ce blog est une recherche, une quête. C'est aussi mon espace dans lequel je me pose beaucoup de questions, dans lequel j'expérimente aussi. Comment être plus en harmonie avec mon corps? En passant par le fitness, plus de curiosités sur l'alimentation et tout ce qu'on découvre de neuf sur le cycle menstruel féminin. Bienvenue dans un monde où la découverte et la réappropriation de soi se passe en "flow motion". 

This blog is also available in English.

It's all about this one and single obsession: female bodies. Their representations. The menstrual cycle. This blog is a way for me to research new ways and experiment It is my space to explore, question myself and get inspired through hard fitness training, learning about food and the power of menstrual cycle. Welcome in a world where learning and connecting with ourself is happening "in flow motion"

C'est quoi le "cycle syncing"?

C'est quoi le "cycle syncing"?

Super Gif  par la géniale @headexplodie , extrait de  https://ovaryactions.com

Super Gif  par la géniale @headexplodie , extrait de https://ovaryactions.com

Le cycle syncing est une méthode: adapter plusieurs aspects de la vie -boulot, évènements sociaux, relationnel, alimentation- selon son cycle menstruel. J'ai croisé ce concept chez Alisa Vitti dans son Woman Code.  

J'ai eu l'intuition de ce concept durant plusieurs années sans jamais pouvoir mettre un nom dessus: j'ai souvent les même "symptômes" qui reviennent mois après mois surtout avant les règles tant au niveau physique et émotionnelle. Je me sens agitée, un peu plus anxieuse, j'ai des sueurs nocturnes pendant les règles. En dehors de cette période, je contacte d'autres phénomènes récurrents: pendant la période d'ovulation, j'ai un regain d'énergie, je me sens beaucoup plus motivée, d'attaque pour les choses qui me tiennent à coeur, beaucoup plus inspirée aussi pour avoir de nouvelles idées!

D'où LA question: Si certains motifs sont récurrents, peut être on peut prédire - du moins deviner - les états émotionnel et physique dans lequel on se trouve à un certain moment du mois? Peut être y'a t-il un moyen d'être plus en lien avec son corps, être plus attentive à la valse des hormones qui nous agitent? Si on peut anticiper les pas, peut être qu'on peut mieux appréhender la danse, avoir moins de trac et d'anxiété, et même - soyons fou! - apprécier cette danse. 

Le workshop auquel j'ai assisté l'automne dernier - Medulla, Wild feminine cycles - ainsi que la lecture de Woman Code d'Alisa Vitti ont confirmé cette intuition première. J'ai repéré sur le site de Clue un graphique schématisant ce qui se passe au niveau des hormones au cours du cycle. C'est un peu la base souterraine, la base physiologique. Comme on sait les liens entre hormones et certains états psychologiques et émotionnelles, on peut alors déduire des quatre phases du cycle et quatre phases émotionnelles également. Le plus fou dans toutes mes découvertes, c'est que mes lectures se rejoignent: le site de Clue est une de mes sources principales pour comprendre ce qui passe au niveau physique, les infos issues du workshop ont un côté un peu plus ésotérique et le livre d'Alisa Vitti se situe quelque part en les deux. La manière de découper les phases se recoupent. D'après ce que j'ai lu concernant le livre de Miranda Gray, Lune Rouge - que je n'ai pas encore lu- parle aussi de quatre phases bien distinctes. Ci-dessous, un combiné de ces sources. 

Phase menstruelle: C'est la période où l'on saigne. La durée varie d'une femme à l'autre. Chez moi, ça dure en moyenne 6 jours, une petite semaine pendant laquelle je ne pense à rien d'autre qu'à me reposer, me faire du bien, me couper du monde. Pas tout le temps mais c'est surtout vrai dans les trois premiers jours. La séance de yoga filmée par Ilia Renon et Cécile Doherty me fait beaucoup de bien. Il s'agit de faire circuler l'énergie dans le bassin, respirer, prendre son temps. Ca fait un bien fou. Dans le workshop que j'avais suivi, cette période avait été comparée à l'hiver dans la métaphore filée des saisons. C'est la période de jachère, de retour en soi, le moment de l'introspection aussi. 

Phase folliculaire: Phase pendant laquelle les follicules - qui donneront naissance à un ovule - grossissent. La quantité d'hormones dans le corps augmentent: c'est le cas des oestrogènes,  hormones qui soutiennent l'activité ovarienne et l'hormone FSH - hormone folliculo-stimulante- pour la production d'ovules fécondables. Cette augmentation significative du taux d'oestrogène et de fsh soutient aussi la production d'endorphine dans le cerveau, ce qui fait qu'on ressent moins la douleur et qu'on se sent plus joyeuses. 

Phase ovulatoire: C'est la période pendant laquelle l'ovule voyage de l'ovaire à l'utérus par une des trompes de Fallope. Le corps se prépare à une potentielle fécondation. Les oestrogènes sont toujours présentes en grande quantité, ce qui affecte aussi nos performances à la salle. J'ai récemment appris que cette période, grâce à la montée des oestrogènes est la période pendant laquelle on est plus efficace dans la production de masse musculaire! Ca a changé ma perspective sur mon training et j'ai compris pourquoi j'avais des phases plus performantes à la salle. 

Durant cette phase là également,  L'hormone testostérone entre dans la danse, ce qui accroît la libido. C'est le pic de J14, quand je me sens super en forme, que je me trouve jolie. Ma peau est aussi un peu plus radieuse. Les scientifiques pensent que c'est un phénomène de la nature pour attirer un peu plus le "mâle" pendant la fenêtre fertile :) et je trouve que ça fait tout à fait sens. 

C'est deux dernières phases sont comparées au printemps et à l'été, quand tout se prépare à fleurir et à donner naissance à des fruits. 

Phase pré-menstruelle: c'est vraiment l'automne pour moi. Je sens que je vais doucement - enfin ça dépend des mois, ça peut aussi être assez violent - vers l'hiver. Je suis plus anxieuse, moins patiente. C'est la période pendant laquelle le syndrome prémenstruel se révèle le plus. Et chez certaines, c'est une période qui peut s'étaler sur plusieurs semaines. Et il y'a une cause hormonale  à tout cela: la chute soudaine d'oestrogène notamment. L'hormone progestérone, qui est là pour permettre la croissance d'un éventuel embryon, est toujours présente en grande quantité mais si elle aussi chute. Ce mouvements entraîne notre mood vers le bas. J'ai enfin compris pourquoi j'ai des envies soudaines de manger plus de carbohydrates (moi c'est les pâtes) et d'aliments sucrés car ça soutient la production de serotonine, une autre hormone du plaisir, pour compenser la chute et l'effet "j'ai envie de me jeter par la fenêtre" qui en résulte. J'ai aussi appris que la progestérone est une des raisons pour laquelle je ressens ces envies de "gras". Moi, je me rue volontiers sur les frites. Avant c'était pâtes et fromage fondu, combo explosif! J'ai lu que c'était une période idéale aussi pour les exercices cardio et aérobic vu la combination oestrogène/ progestérone qui augmente avant la chute soudaine et que potentiellement on brûle plus de graisse à ce moment là*. Durant le workshop Medulla, j'ai appris que la connexion entre hémisphères droit et gauche était beaucoup plus forte pendant cette période pré-menstruelle. Cette séparation du cerveau en deux est controversé mais on s'accorde pour dire que le côté droit nous aide à donner un sens à ce qu'on perçoit et joue un rôle fondamentale dans l'intelligence émotionnelle et le côté gauche est plus analytique, zone de la logique, des mathématiques... C'est la période idéale pour écouter sa voix - et suivre sa voie qui sait! - intérieure car l'intuition, ce 6e sens auquel je crois beaucoup, est plus juste et affiné.  

Concernant l'activité physique, vers la fin de la période et vers l'arrivée des règles, c'est le moment de mettre doucement le frein en marche puisque l'activité physique est d'abord considéré par le corps comme une source de stress. Vu que j'ai du mal avec le stress pendant cette période, j'évite de m'imposer des sources d'angoisses et de stress inutiles.

C'est ça en gros le cycle syncing: observer son cycle, reconnaître certains traits, certains motifs qui se répètent et anticiper au mieux ces changements. C'est suivre une sorte de "flow". Je n'y ai pas fait super attention quand j'ai choisi le nouveau nom de mon site internet mais c'est tout à fait ça. C'est prendre soin de soi en faisant confiance à son corps et en allant dans la(es) direction(s) qu'il nous indique.

Comment j'ai appris la ménopause de ma mère

Comment j'ai appris la ménopause de ma mère

Un journal en partage: raconter ses règles

Un journal en partage: raconter ses règles